Bien qu’il y a deux mille ans, Vitruve, l’un des architectes les plus célèbres de l’Antiquité romaine, a défini la qualité esthétique comme l’une des propriétés les plus pertinentes de la conception architecturale, la prise en compte de l’expérience esthétique comme élément vital de l’expérience humaine est relativement récente.

Aujourd’hui, lorsque Freud a commencé à parler de l’inconscient et de son impact sur le comportement des individus, la technologie ne permettait toujours pas de comprendre physiologiquement ses effets. Cependant, avec les progrès de la technologie, il est aujourd’hui possible de savoir, avec une relative précision, comment le corps humain réagit à certains stimuli, ce qui explique la naissance de la neuroarchitecture. Mais, au final , de quoi s’agit-il ?

Neuroarchitecture: qu’est-ce que je veux pour vous aider?

La neuroarchitecture est l’étude de la façon dont l’être humain réagit à l’environnement bâti. Ici, l’accent est mis sur la stimulation de la relation symbiotique entre l’architecture et les neurosciences, avec pour objectif de développer des projets ayant un impact réel sur le bien-être des individus.

En d’autres termes, cela signifie que l’objectif des neurosciences est la projection d’écoles qui stimulent la capacité cognitive des étudiants, d’hôpitaux qui augmentent la capacité de récupération des patients, de cliniques qui rassurent et diminuent les niveaux d’anxiété des utilisateurs ou d’environnements de travail qui améliorent la créativité et les niveaux de coopération de leurs professionnels.

En plus d’être solide et structurellement stable, la neuroarchitecture dicte que l’espace projeté doit répondre aux besoins des occupants, tout en plaisant à leur sens visuel et esthétique. Les pratiques de construction et de conception de l’Orient ancien, telles que le Vaastu Shastra indien ou le Feng Shui chinois, en sont des exemples. Des pratiques qui offrent des lignes directrices détaillées pour créer une harmonie spatiale et esthétique qui donne de la cohérence à l’environnement bâti et du bien-être aux occupants de l’espace.

Figure 1- Exemple de Feng Shui appliqué au design d’intérieur. Image tirée de wallartprints.com

Figure 2 – Exemple de Vastu Shastra appliqué au design d’intérieur. Image tirée de finehomebuilding.com

Comment appliquer les principes de la neuroarchitecture à la conception des espaces de santé?

Plusieurs études indiquent que les qualités esthétiques de l’architecture ont un impact significatif sur l’humeur, le comportement, le traitement cognitif et la santé mentale de l’homme. En outre, la grande majorité des gens passent environ 90 % de leur temps dans un espace clos. C’est pourquoi de plus en plus d’architectes et de concepteurs s’intéressent à l’application pratique des principes de la neuroarchitecture dans la conception d’espaces dédiés à la fourniture de services et de soins de santé. Découvrez-les!

1 – Identifier et évaluer le profil émotionnel de l’utilisateur

Tout d’abord, il est important d’évaluer le profil émotionnel de l’utilisateur de l’espace. Il est essentiel d’établir précisement le type d’expérience que l’utilisateur souhaite vivre et la sensation que l’espace doit procurer aux visiteurs.

Ainsi, le bien-être physique et émotionnel des occupants sont des facteurs qui doivent être à la base de l’approche qui sous-tend l’aménagement intérieur de l’espace afin d’atteindre les objectifs de la neuroarchitecture.

2 – Stimuler les sens des occupants de l’espace

Selon les principes de la neuroarchitecture, il est crucial d’identifier et d’appliquer des éléments capables de stimuler les sens des occupants de tout espace intérieur. Ainsi, dans le cas de l’aménagement intérieur, il s’agit de l’odorat et de la vue.

En ce sens, il existe des études qui affirment, par exemple, que l’éclairage artificiel peut affecter le rythme circadien de l’utilisateur, ayant un impact direct sur son humeur. Si le rôle de la conception biophile dans la réduction du stress des utilisateurs et l’amélioration des niveaux de concentration des professionnels de la santé est un fait scientifiquement attesté.

D’autre part, l’exploration de la géométrie, par l’introduction de mobilier technique spécialisé, est un excellent moyen de faciliter et de stimuler le flux des utilisateurs, dans tout espace de santé. Les meubles circulaires, par exemple, favorisent une plus grande activité cérébrale que les meubles carrés ou rectangulaires. Alors qu’un design moderne et minimaliste évoque un sentiment d’affirmation de soi et de clarté.

3 – Éliminer le désordre et faciliter la prise de décision

Enfin, dans les espaces commerciaux tels que les pharmacies, la neuroarchitecture impose le principe de la prise de décision. Cela signifie qu’il est essentiel de trouver des moyens de réduire le désordre dans l’espace grâce à la décoration intérieure. En facilitant la prise de décision de l’utilisateur grâce à des lignes esthétiquement attrayantes, les niveaux de stress et d’anxiété associés à la prise de décision diminuent considérablement, ce qui augmente leur niveau de satisfaction.

MEDD : le miroir des principes de la neuroarchitecture

A MEDD, nous prenons en compte des concepts innovants dans la projection des espaces de santé qui reflètent les principes de la neuro architecture. Notre équipe de professionnels inspire la créativité et l’ingéniosité afin que tout espace dédié à la fourniture de services de santé soit une source de bien-être et de satisfaction pour les professionnels de la santé et les utilisateurs.

Parlons-en ensemble!