Face à une situation sans précédent, telle que celle imposée par la pandémie de Covid-19, il n’y a aucun moyen de savoir combien de temps le confinement peut être prolongé. La réalité est que la problématique de la baisse de l’activité commerciale peut durer plusieurs mois et que les pharmacies voient leur chiffre d’affaires fortement affecté.

Dans ce contexte, il est impératif de réagir. Prendre des mesures pour préserver la trésorerie des pharmacies, réajuster les services et réajuster l’offre est nécessaire et primordial, surtout sur une période comme aujourd’hui ! Apprenez comment faire face à la chute de l’activité, dans cet article !

Pharmacies : comment assurer la pérennité de l’activité ?

Afin de lutter contre la pandémie de Covid-19 et de prévenir la propagation du virus, le gouvernement a annoncé une série de mesures qui ont forcé la fermeture de plusieurs activités commerciales et culturels. Considérée comme essentielle, l’activité des pharmacies françaises s’est poursuivie, bien qu’avec une forte baisse de la demande et, par conséquent, des prescriptions.

Face à ce scénario, les pharmacies doivent renforcer leur trésorerie pour soutenir les coûts fixes de leur activité, qu’il s’agisse d’obligations fiscales, de loyers, de crédits ou de salaires. Pour soutenir les pharmacies à ce stade et les aider à réagir, il est nécessaire d’utiliser toutes les mesures de soutien prises par le gouvernement et de trouver des moyens de franchir cette étape. Jetez un coup d’œil :

Identifier le point de rupture des pharmacies :

La première chose à faire est de savoir quel est votre point de rupture. Dans les pharmacies – et dans toute autre entreprise – le point de rupture est déterminé en faisant correspondre le chiffre d’affaires enregistré au cours d’un mois donné et l’ensemble des dépenses fixes auxquelles il doit répondre (frais généraux, frais de personnel, rémunération du titulaire, intérêts et remboursement de prêts, etc.)

Une fois le seuil de rentabilité identifié, il faut procéder à des ajustements et réduire les dépenses. Si le seuil de rentabilité n’est pas atteint, des mesures doivent être mises en œuvre pour réduire les coûts fixes liés à votre entreprise. Par exemple :

  • Négocier des moratoires : dans cette période profondément marquée par la pandémie COVID-19, les pharmacies peuvent reporter le paiement des échéances résultant de l’obtention de contrats de crédit de deux mois sans frais.
  • Reporter le paiement des obligations fiscales : Compte tenu de la baisse de l’activité des pharmacies, le gouvernement français a annoncé l’assouplissement du paiement des impôts. Cela signifie qu’à la date d’échéance, les pharmacies pourront lisser leurs échéances de mai à décembre sans intérêt à payer.
  • Accéder à une ligne de crédit : aux pharmacies dont les ventes ont diminué de 20 % en mars dernier, le gouvernement portugais a mis à disposition une gamme diversifiée de lignes de crédit, d’un montant de 3 000 millions d’euros. Pour avoir accès à ces lignes de crédit, les pharmacies doivent en faire la demande auprès des banques participantes respectives, et elles peuvent bénéficier d’un remboursement dans un délai de quatre ans.

Développer la manière dont elle fournit des services :

Compte tenu des mesures de confinement auxquelles sont soumis de nombreux patients à risque, les pharmacies peuvent envisager de livrer les médicaments à domicile ou de les envoyer par le biais de services sous-traités.

Par conséquent, lorsqu’elles adoptent cette solution, les pharmacies doivent effectuer une analyse des risques et veiller à ce que toutes les conditions de contrôle et de prévention de l’infection soient réunies. En ce sens, il est essentiel de :

  • Rassembler des informations sur les patients à risque ;
  • Etablir et définir les délais et les moyens de livraison ;
  • Assurer l’accès aux équipements de protection, tels que les gants et les masques, pour toute l’équipe pharmaceutique ;
  • Établir et maintenir un contact téléphonique avec les patients réguliers qui peuvent être en situation d’infection ;
  • Diffuser les mesures de prévention sur les sites et les pages web des pharmacies ;
  • Prendre des mesures pour garantir que les médicaments sont délivrés en toute sécurité dans les cas où le soupçon d’infection est latent.

Ajuster l’offre à la demande

Avec le décret de l´état d’urgence, le moment idéal est venu de donner la priorité aux médicaments et aux articles de parapharmacie que les pharmacies ont en stock. Il est essentiel de procéder à une analyse du marché et d’ajuster l’offre à la demande. Dans le cas des pharmacies, la priorité doit être d’identifier les besoins de la clientèle locale. Cela consiste, par exemple, à assurer la disponibilité des analgésiques et des antipyrétiques, en veillant à ce qu’il n’y ait pas de rupture de stock.

D’autre part, c’est un bon moment pour reconsidérer la limitation de la quantité de médicaments vendus à un individu, étant donné que de plus en plus de personnes vont en pharmacie pour acheter des médicaments pour des parents âgés qui ne peuvent pas quitter leur domicile.

De même, en l’absence de médicaments sur ordonnance en stock, il est important de garantir des alternatives. Il est important de contacter les pharmacies du même groupe ou d’avoir accès à une pharmacie.

  • Pour renforcer la distanciation sociale, le plan de déconfinement limite la capacité maximale à 10 personnes par 100 mètres carrés ;
  • Utilisation obligatoire des masques ;
  • Equipes en rotation, équipes en miroir ;
  • Ajustez les heures d’ouverture et les services fournis ;
  • Assurer un renforcement adéquat des stocks ;
  • Mettre en œuvre des mesures d’hygiène strictes afin de contrôler le risque d’infection ;

MEDD : ensemble, nous faisons Redémarrer l’activité pharmaceutique!

Une fois que l´état d’urgence a été décrété et que le plan de déconfinement a été mis en route, nous assistons à un changement de paradigme au France qui modifie le comportement du public. Dans ce contexte, les pharmacies sont obligées de réagir rapidement, étant appelées à donner des conseils, à fournir des médicaments et à mettre des produits de parapharmacie à la disposition de tous ceux qui reviennent progressivement à la normale.

Positionnées à l’avant-garde de la lutte contre la pandémie, les pharmacies doivent assurer la sécurité des patients et des équipes de travail qui les composent. Une exigence qui est plus facile à remplir avec l’aide du MEDD. Grâce à des solutions accessibles et particulièrement efficaces pour protéger votre équipe et vos clients, vous pouvez facilement et en toute sécurité restreindre l’accès à votre espace commercial et faire redémarrer l’activité. Après une baisse très importante de votre activité, le temps est venu de redémarrer ! Comptez sur nous!

agencement-pharmacie